BLOG DES RECRUTEURS

[su_spacer size="60"]

La peine de mort recule dans le monde selon Amnesty International

amnesty, peine de mort

L’organisation de défense des droits de l’homme a présenté à Paris les statistiques annuelles sur les exécutions capitales, en légère baisse en 2017.

La tendance abolitionniste se confirme. Amnesty International a recensé au moins 933 exécutions dans 23 pays en 2017, soit 4% de moins qu’en 2016 et 39% de moins qu’en 2015 (année ou l’organisation avait relevé le chiffre le plus élevé depuis 1989, soit 1634 exécutions).

L’an passé encore, c’est en Chine qu’ont été exécutés le plus grand nombre de prisonniers, mais il s’avère impossible d’obtenir une comptabilité précise, ces données étant classées secret d’État. Ce cas mis à part, quatre pays seulement sont responsables de près de 84 % des exécutions recensées: l’Iran, l’Arabie Saoudite, l’Irak et le Pakistan.

Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International. Hassan Ammar/AP

Des pays comme le Bahrein, les Émirats Arabes Unis, la Jordanie et le Koweït ont repris les exécutions en 2017. À l’inverse, Amnesty International n’a enregistré aucune exécution dans cinq pays qui avaient appliqué la peine de mort en 2016: le Botswana, l’Indonésie, le Nigeria , le Soudan et Taïwan. Dans le même temps, deux pays ont annoncé l’abolition de la peine capitale pour tous les crimes. Il s’agit de la Guinée et de la Mongolie. De son côté, le Guatemala est devenu abolitionniste pour les crimes de droit uniquement alors que la Gambie a signé un traité international l’engageant à ne pas procéder à des exécutions et à s’orienter vers l’abolition de la peine de mort.

» LIRE AUSSI – En septembre 1977, on exécutait le dernier condamné à mort en France

En 2017, 106 pays avaient aboli la peine de mort dans leur législation pour tous les crimes et 142 sont abolitionnistes en droit ou en pratique.

Au Moyen-Orient, 27% de ces mises à mort sont liées à des affaires de drogue

Bien que le recours à la peine de mort a connu un léger recul en 2017, le bilan reste particulièrement alarmant au Moyen-Orient et en Égypte, qui compte le plus grand nombre de peines de mort prononcées. L’Iran, l’Arabie Saoudite et l’Irak sont les trois pays procédant au plus grand nombre d’exécutions, totalisant à eux seuls 92% des exécutions dans la région. Au Moyen-Orient, 27% de ces mises à mort sont liées à des affaires de drogue.

Pour la neuvième année consécutive, les États-Unis ont été le seul pays des Amériques à exécuter des prisonniers. Le nombre d’exécutions (23 en 2017) et de sentences (41 en 2017) a légèrement augmenté par rapport à 2016, mais il est resté dans les moyennes historiquement faibles enregistrées ces dernières années. Huit États ont appliqué la peine de mort, contre cinq en 2016.

» LIRE AUSSI – Peine de mort: le long chemin vers l’abolition

En Europe, la Biélorussie est la dernière nation à appliquer la peine de mort. Au moins, deux exécutions ont eu lieu dans ce pays en 2017 alors que six personnes attendent leurs exécutions. Présente à Paris lors de la présentation des statistiques annuelles d’Amnesty International, Aliaksandra Yakavistskaia , fille d’un condamné à mort exécuté en novembre 2016, a dénoncé les pratiques du gouvernement envers les prisonniers condamnés à mort et leurs familles, pointant du doigt des procès inéquitables et se tenant à huis clos.

Source : http://www.lefigaro.fr/international/2018/04/12/01003-20180412ARTFIG00009-la-peine-de-mort-recule-dans-le-monde-selon-amnesty-international.php

CAUSE À EFFET recrute toute l’année. Prenez contact avec nous et passez un entretien pour évaluer votre motivation et vos compétences.

Articles associés