BLOG DES RECRUTEURS

[su_spacer size="60"]

#PORTRAITDERECRUTEUR :
Benoit – Reconversion réussie !

[PORTRAIT] Benoît – Reconversion réussie !

Benoît a abandonné son Berry natal il y a 27 ans pour venir s’installer à Paris avec son BTS Action Commerciale en poche.

A près de 50 ans, il décide de donner un nouveau sens à sa vie professionnelle et rejoint les équipes de Cause à Effet.

Comment es-tu arrivé chez Cauzaf ?

 J’ai longtemps travaillé en tant que commercial dans différentes structures. J’ai vendu des systèmes d’alarme, des produits pharmaceutiques, des canapés avant de finir dans le secteur bancaire.

A un moment de ma vie, pour des raisons personnelles, j’ai eu envie de retrouver du sens dans ce que je faisais. J’ai tout de suite pensé à rejoindre le milieu associatif. Mon père m’a transmis cet altruisme, cette envie d’aider les autres. Et quand j’étais étudiant, j’avais créé une association pour livrer du pain et des journaux aux personnes âgées.

Je croisais régulièrement des équipes de rue et j’étais assez impressionné par ces jeunes. Je me suis vu faire ça moi aussi.

En cherchant sur Internet, je suis tombé sur une annonce de Cause à Effet et j’ai craqué sur votre logo avec le poisson rouge ! J’ai ensuite regardé plusieurs de vos vidéos et j’ai été tout de suite rassuré par le professionnalisme qui s’en dégageait.

J’ai postulé et à mon entretien, j’ai été reçu par quelqu’un de passionné, qui m’a encore plus donné envie de faire ce travail. Bon, je n’ai pas fait le meilleur entretien de ma vie mais j’ai été pris ! Je me rappellerai toujours de ce moment : il était 18h26, j’allais chercher ma fille, je pensais que c’était mort. Et quand j’ai eu la réponse positive, j’ai crié tout seul la rue, comme un gamin (rires) !

 

Raconte-nous ta 1ère mission

 C’était une mission pour Amnesty International France. Premier jour à Châtelet-les-Halles. Je savais que ça allait être dur mais je savais que j’allais y arriver parce que je serais bien formé et accompagné.

 Au début, ce qui a été difficile pour moi, c’est d’accepter que les gens refusent de s’arrêter. J’avais plein de choses super intéressantes à leur dire, donc naïvement je pensais qu’ils allaient tous s’arrêter (rires) !

Mon Responsable d’Equipe a été là pour me former, me faire confiance et m’épauler. Si tu écoutes les conseils, que tu remplis tes obligations de moyens, que tu restes positif, il n’y pas de raison que ça ne fonctionne pas.

Je suis du genre à penser que toutes les expériences difficiles te permettent de rebondir. Dans ce métier, il faut être tenace et avoir un gros mental, et ça, ça me correspond.

 Tu as une enfant de 10 ans. Comment tu lui expliques ton métier ? Qu’est-ce qu’elle en pense ?

 Je lui ai expliqué que je travaille pour des associations, que je vais chercher de l’argent dans la rue pour aider ces associations à aider des gens en France ou à l’autre bout du monde. Je suis fier de lui transmettre ces valeurs de solidarité et de générosité.

Au début, ça lui a fait bizarre de ne plus me voir avec mon costume et ma cravate mais elle a vu que je partais et que je rentrais avec le sourire tous les jours. On a fait des jeux de rôle ensemble : moi je m’entraîne et elle, elle comprend mieux ce que je fais. Et maintenant le soir, elle me demande « alors, la pêche a été bonne ? » (rires)

Ce que j’apprécie aussi dans ce métier, c’est que je peux ajuster mon temps de travail ou mes pauses en fonction de ma vie familiale. Il y a des missions où je me mets en 28h par semaine pour pouvoir profiter de ma fille le mercredi. Je peux enchaîner 3 ou 4 missions puis faire une pause. J’aime cette liberté.

 

Tu fais ce métier depuis 2 ans, qu’est-ce qui te donne envie de te lever tous les matins ?

 C’est très simple : aujourd’hui il y a des gens qui vont à reculons travailler parce qu’ils ont des supérieurs ou des collègues négatifs. Moi, je ne connais pas ça. A chaque mission, je sais que je vais retrouver mon équipe, mes amis, des gens qui ont le sourire et être dehors toute la journée !

J’adore le moment du brief du matin. C’est là que la journée commence, c’est ça qui me donne envie de tout donner pour faire une bonne journée.

Chaque mission c’est une nouvelle compétition pour moi. Une compétition personnelle au service du collectif et de l’association.

 

Et qu’est-ce que tu trouves encore difficile ?

 J’ai parfois encore du mal à gérer l’échec, les journées en demie-teinte. Je peux être mauvais perdant ! J’ai toujours voulu être le meilleur dans ce que je fais, que ce soit de planter un clou ou de faire du papier peint !

J’ai encore énormément de choses à travailler et tant mieux ! Si je maîtrisais déjà tout parfaitement, ce serait moins intéressant !

 

En 2 ans, sur quoi tu as progressé ? Qu’est-ce que ce métier t’as appris ?

 Sur cette pression que je me mets justement. Je pense que c’est une pression saine mais je continue à travailler sur mon détachement. Je suis toujours épaté par ces Recruteurs/ses qui sont ultra-détachés, qui sont capables de faire des blagues à tout bout de champ, qui ont un sens de la répartie à toute épreuve.

J’ai appris plein de choses sur les associations, leur travail, en France ou à l’autre bout du monde. Je suis très curieux, je me renseigne énormément sur ce que font les associations et sur l’actualité pour pouvoir le retranscrire en rue.

 J’ai aussi découvert que j’avais un mental à toute épreuve. Ce métier fait ressortir des qualités que j’avais mais que je ne soupçonnais pas. Chaque mission me le prouve.

J’ai compris que c’est un métier où ça ne marche pas si tu n’es pas toi-même. La rue te donne beaucoup mais elle peut te renvoyer ce que tu ne donnes pas. Il faut toujours être plus chaleureux, plus puissant que la rue.

Le bonheur c’est d’être ici. Une mission c’est un chemin… on avance pas à pas et on verra à la fin où on est arrivé.

Qu’est-ce que t’a apporté chaque Responsable d’Equipe avec qui tu as travaillé ?

 Le premier restera toujours particulier. C’est celui qui m’a appris le job, celui qui a cru en moi.

J’ai ensuite eu la chance de travailler avec des Responsables tous différents les uns des autres, qui m’ont chacun appris un aspect du travail : le détachement, le fait d’oser plus, l’exigence, la concentration, le professionnalisme. J’ai pu prendre ce qu’il y a de positif chez chacun d’eux.

 

Tu étais des premières missions de Cause à Effet pour ALIMA et Les Restos du Cœur…

Oui, ça motive toujours de travailler pour une nouvelle association. C’est une fierté de voir que de nouveaux clients font confiance à ton entreprise. Donc tu as envie de rendre cette confiance en rue.

Et puis, c’est aussi un challenge très intéressant pour un Recruteur de s’approprier une nouvelle association, un nouveau script.

Le plus important dans une équipe c’est quoi ?

 La bienveillance. Il faut s’entraider, être soudé. Ce n’est pas toujours facile de trouver cette alchimie mais c’est le rôle du/de la Responsable d’Equipe de faire en sorte que toute l’équipe soit concernée par le projet et l’association, même si ça ne dure que 6 semaines.

Le respect c’est aussi très important. Se respecter les uns les autres. Et respecter le cadre. Garder ses états d’âme personnels pour soi. Il faut savoir se prendre en main, et c’est parfois plus difficile pour les plus jeunes.

Mais je puise mon énergie dans l’équipe. Chaque maillon est important.

 

Travailler avec le Covid, ça change quoi ?

Quand il a fallu reprendre après le premier confinement, j’étais un peu inquiet c’est vrai. Mais Cause à Effet m’a une nouvelle fois rassuré avec la mise en place des protocoles sanitaires.

J’appréhendais de travailler avec le masque, parce que j’aime sourire. Mais finalement, on s’adapte, on trouve d’autres gestes pour saluer les gens, pour les faire rire, pour attirer leur attention. Et puis, avec le masque, on est tous pareils, ça fait encore plus tomber les a prioris qu’on peut avoir parfois.

 

Ta plus belle rencontre ?

Un monsieur à Reuilly-Diderot dont l’épouse avait été sauvée par la Croix-Rouge après un malaise. Il envoyait des chèques à Noël chaque année, alors je lui ai proposé qu’on s’occupe de tout. Je l’ai attendu en bas de chez lui, il me parlait depuis son balcon, c’était cocasse ! A la fin, il a pleuré devant moi. C’était très émouvant. Ce sont des rencontres qui restent gravées.

Ce métier en 1 mot ?

Convictions.

 

Un dernier mot ? 

Je suis très fier de ce que j’ai pu accomplir en 2 ans, c’est pour cela que j’ai envie de continuer à faire découvrir aux gens ce métier, à faire un travail de qualité et d’enchaîner encore plein de missions 

CAUSE À EFFET recrute toute l’année. Prenez contact avec nous et passez un entretien pour évaluer votre motivation et vos compétences.

Articles associés